Camprieu, le Bonheur et le Trevezel : Le topo en détails

Présentation :

Dans cette version du topo, vous allez découvrir deux nouveaux points forts, le site étonnant de la perte du Bonheur puis un parcours de crête offrant des vues sensationnelles. De l'ancien parcours subsistent les beaux sentiers, les superbes forêts ou les traversées de rivières.

Ajouté au fait que le circuit se déroule désormais en sens inverse, c'est finalement une nouvelle rando et surtout elle obtient un troisième cœur haut la main.

Accés et parking :

Camprieu.

Cliquez ici pour vous rendre au point de départ de la rando :

Infos pratiques :

L'été. En effet, le parcours se déroule en altitude et est presque entièrement ombragé

En automne, vers la mi octobre, on appréciera également les couleurs de la hêtraie.

Une belle journée de début d'hiver (sans neige) est également un bon choix, les hêtraies sont majestueuses sans leur feuillage.

Attention en automne et en hiver à la traversée du Trvezel à La Fargue, renseignez vous auparavant.

Eau aux Monts (2 h 10).

Table de picnic au pont de l'Ane (1 h 25).

Ce topo a été mis à jour le : 08/07/2023

Le parcours :

Du parking, traverser la route départementale et s'engager dans la rue du Pradel avec les terrains de sport à main droite et le restaurant à main gauche. On est accompagné du balisage GR. A une première fourche, prendre la branche de droite. En haut de la rue, carrefour en T, prendre la rue à droite. Après une centaine de mètres, quitter la route pour un chemin herbeux à gauche, c'est la rue de l'Aubespi, toujours balisage GR. En haut d'une petite montée, on croise une route. Continuer en face en visant un peu à droite et s'engager sur un large chemin en descente, toujours GR.

On profite de belles vues sur l'environnement ouvert et vallonné de ce secteur. Rapidement, un sentier se dessine sur la droite, presque parallèle au grand chemin, il faut s'y engager. Le sentier traverse une haie d'arbres et on arrive en bas de la petite descente. Attention, ici, il faut prendre à droite un sentier très peu visible pour aller faire un aller-retour à la perte du Bonheur.

Ce sentier descend un peu et rejoint la rive droite du Bonheur dans un bel environnement. On s'engage sur une vire qui nous mène à un chaos rocheux. Franchir les rochers et déboucher à la perte du Bonheur, un site impressionnant.

On fait ensuite demi-tour. Revenu au carrefour, on prend le chemin de droite puis au premier carrefour on prend à gauche direction Meyrueis, Lanuejols, GR62 et PR. Trois minutes et on atteint un autre carrefour. A gauche c'est le chemin pour aller visiter l'abîme de Bramabiau. On va en face direction Meyrueis Lanuejols par GR.

On entame alors une longue traversée à peu près horizontale sur un sentier large et bien revêtu et dans une forêt magnifique. Après un gros quart d'heure, on arrive à un carrefour où on prend à gauche en descente vers la ferme de La Boissière. De nouveau on chemine sur un sentier très agréable et facile à marcher dans une forêt variée.

Vingt bonnes minutes et on arrive à un carrefour. Ici, prendre la deuxième à gauche vers Camprieu Bramabiau afin d'aller voir la ferme de La Boissière. Puis faire demi-tour, remonter au carrefour et prendre alors la première à gauche vers La Fonderie.

1 heure. Ferme de La Boissière.

Un bon quart d'heure de marche et toujours sur un beau sentier ombragé et après avoir traversé un ravin, on pénètre dans un ancien arboretum, ce qu'on remarque grâce à la présence de petits panneaux au pied des arbres. Cinquante mètres dans cet arboretum et un petit panneau PR indique de prendre un sentier à droite mais on n'obéit pas et on continue tout droit sas balisage.

Trois minutes et on arrive à l'église de St Sauveur des Pourcils. On peut aller jeter un œil à l'entrée de l'église, au cimetière et à la grande bâtisse encore habitée qui est en face. Puis on prend un sentier en descente direction Treves,Dourbies, col du Suquet, Les Monts, Camprieu, Pont de l'Ane. Rien que ça ! Le sentier s'enfonce alors dans une forêt très sombre composée entre autres d'arbres immenses et plus que centenaires puisque se tenait ici un arboretum réalisé par les reboiseurs de l'Aigoual.

Cinq minutes de descente et on arrive au Bonheur. Table de picnic sur la gauche. On traverse une première passerelle en bois puis on se dirige vers une piste qu'on prend à droite et qui traverse le Bonheur. On est sur le Pont de l'Ane.

De l'autre côté, on prend la piste en face balisée GR. Deux minutes de montée et on passe au dessus d'une conduite forcée puis au carrefour on prend à droite avec le GR. On est sur un grand chemin en légère montée.

Dix minutes et on quitte le grand chemin pour un autre moins large à gauche, toujours GR. Une courte montée et on franchit un collet, du coup ça redescend un peu et on arrive à un carrefour avec plein de chemin dans tous les sens. On vise en biais à gauche un sentier balisé GR.

Nouveau cheminement en forêt puis on longe une haute clôture (je me demande bien ce que ça protège ?), on rejoint ensuite le chemin d'accès à une maison (lien avec la clôture ?) et finalement on débouche sur la route.

On la prend à droite puis de suite à gauche on s'engage sur un sentier en descente. Moins de dix minutes de descente et on retrouve une autre route qu'on prend à gauche. Un peu plus loin, elle franchit un pont sur le Trèvezel. Encore un peu plus loin, on arrive à un carrefour et on prend à gauche la route en direction des Monts.

A peine 50 mètres plus loin et on prend un sentier en épingle à droite avec le balisage GR. On effectue alors une agréable montée en sous-bois qui nous amène en cinq minutes au hameau des Monts. On débouche sur la petite route qu'on prend à droite puis on remarque une fontaine sur la droite.

2 heures 10. Les Monts.

A la sortie du hameau, prendre un sentier en biais à droite, toujours GR. On effectue d'abord une montée en forêt puis on sort à découvert ce qui permet en se retournant de profiter de belles vues. Plus haut on retrouve la forêt et alors qu'on a quitté le hameau depuis une bonne demi-heure, on débouche sur la route.

Ici, le PR et le GR vont à droite sur la route car le parcours des chemins balisés a récemment été dévié (je ne connais pas la raison). Mais nous on traverse la route et on continue en face sur l'ancien parcours. On reprend donc la montée sur un chemin en un peu moins bon état mais toujours très praticable.

Un quart d'heure et on croise une piste. On va en face direction Dourbies et on sort alors de a forêt pour déboucher dans un versant dénudé et pour découvrir la vallée de la Dourbie et le massif du Lingas en face. On est à un col qui n'a pas de nom sur les cartes mais que j'appellerai le col de Dourbies.

3 heures. Col de Dourbies.

Ici, on prend à gauche un sentier non balisé et même pas indiqué sur les cartes et qui longe la lisière de la forêt sur la gauche. Le sentier s'élève donc progressivement avec des vues formidables sur la droite. De temps en temps il traverse un bout de hêtraie pour ensuite ressortir dans les genêts.

Après une vingtaine de minutes plus les pauses photos, on atteint le point culminant de la rando à 1340m, matérialisé par un cairn sur un rocher. Vue sensationnelle. Une fois qu'on s'est bien imprégné du paysage, on continue dans la même direction mais cette fois, la trace GPS est conseillée car le sentier va devenir difficile à suivre.

Pendant environ 200 mètres après le point de vue, on longe horizontalement une clôture à main gauche puis on vient buter sur la hêtraie qui se referme et la pente qui s'accentue. Ici, il y a un passage aménagé qui permet de franchir la clôture à notre gauche. On l'emprunte puis on poursuit sur une sente qui à certaines époques de l'année peut s'avérer difficile à deviner.

On sort une première fois du sous-bois pour profiter encore de superbes vues puis on pénètre dans un secteur où la trace se perd vraiment dans les genêts. Il faut suivre la clôture à main gauche, de plus ou moins loin.

Finalement, on arrive sur une zone bien horizontale et moins végétative car on est sous le couvert de quelques arbres et surtout dans une zone de repos du bétail. Il faut alors bien faire attention à ne pas manquer sur la gauche un passage aménagé dans la clôture de gauche. Ici aussi trace GPS conseillée.

On va alors prendre ce passage qui donne accès à un chemin de débardage en descente. Deux minutes et on débouche sur une large piste carrossable qu'on prend à droite.

A noter qu'au lieu de franchir la clôture, on peut continuer à la longer jusqu'au col des Ubertes mais avec deux inconvénients : il n'y a quasiment pas de trace, il faut se frayer un chemin dans les genêts et il y a un barbelé à franchir. Et cela n'apporte pas grand-chose en terme de points de vue.

On est donc arrivé sur la piste et on l'emprunte jusqu'au col des Ubertes (abri). On a retrouvé le balisage GR.

3 heures 40. Col des Ubertes.

On continue sur la piste direction Camprieu pendant dix minutes puis, à hauteur d'un panneau, on la quitte pour un sentier à gauche balisé GR. Un peu moins d'un quart d'heure et on débouche sur une route qu'on prend à droite. On remarque sur la gauche un beau chalet fleuri au milieu d'une prairie.

Une fois dépassé le chalet, on quitte la route pour un chemin à gauche, toujours GR.

Encore un petit quart d'heure de descente sur un sentier parfaitement revêtu et dans une superbe forêt et on arrive à La Fargue. On traverse le Trèvezel à gué (délicat s'il y a beaucoup d'eau !). De l'autre côté on traverse les maisons du hameau le plus souvent inoccupé puis on entame une dernière remontée pas toujours agréable en fin de rando !

Compter un peu plus de cinq minutes de sentier puis encore un peu plus de cinq minutes de petite route et on arrive enfin en haut pour découvrir le causse de Camprieu avec ses prés et ses chalets.

Un dernier bout de route goudronnée et on rejoint le parking.

4 heures 50. Arrivée.

Site conçu et réalisé par Randonnée Cévenole.
Site hébergé par LWS.

Contacter par mail

Avertissement : Les topos présentés sur ce site n'ont pas un caractère contractuel. Par ailleurs, les utilisateurs doivent disposer des compétences nécessaires pour savoir les lire, les comprendre et les interpréter correctement sur le terrain. Ils doivent également avoir en leur possession la ou les cartes IGN nécessaires (sur papier ou sur GPS y compris hors connexion réseau) et disposer des capacités physiques et techniques indispensables pour pratiquer l'activité concernée.

RGPD : Ce site collecte les commentaires déposés par les internautes dans le but de les mettre à disposition de tous.
Ces données sont conservées 6 ans. Chaque internaute ayant déposé un commenataire peut demander la suppression de celui-ci sans délai en envoyant un mail à Randonnée Cévenole.